Informations générales sur le SNO

  • Acronyme et signification: INDAAF International Network to study Deposition and Atmospheric chemistry in AFrica
  • Service labélisé par l’INSU dans AO ANO-1 surveillance d’atmosphère depuis: 1996
  • Laboratoire(s) et OSU responsable(s): OSU coordinateur : Observatoire Midi Pyrénées (OMP), Laboratoire d’Aérologie (LA) – OSU partenaire : OSU EFLUVE, Laboratoire Interuniversitaire des systèmes atmosphériques (LISA)

Description

L’évolution de la composition chimique de l’atmosphère et l’impact de ces changements sur l’environnement posent question, particulièrement en régions tropicales reconnues comme très actives en chimie atmosphérique à l’échelle régionale et globale.  Le SNO INDAAF (International Network to study Deposition and Atmospheric composition in AFrica) est dédié au suivi à long terme de la composition chimique de l’atmosphère et des flux de dépôts atmosphériques, qui permet de documenter et de comprendre les relations existantes entre les émissions des différents composés, leur transport, leur transformation physico-chimiques jusqu’à leur dépôt. Ces dépôts, secs et humides, constituent la dernière étape du cycle biogéochimique de tout composé ayant un impact important sur les différents écosystèmes aquatiques ou terrestre. C’est cette notion de cycle biogéochimique des composés atmosphériques à courte durée de vie qu’il convient d’observer à long-terme. L’observation à long-terme est également rendue indispensable par l’accroissement de la pression anthropique dans cette région, et des modifications qu’elle induit en zones rurales (culture/pâture/feux de biomasse/transport des polluants des mégacités africaines). Le SNO INDAAF fait partie de l’Infrastructure de recherche ACTRIS-FR et est aussi intégré dans des réseaux d’observations internationaux.

Sites de mesure

Le réseau de mesure du SNO INDAAF comprend huit stations labélisées localisées en zone rurales et représentatives des grands écosystèmes africains d’Afrique de l’Ouest et Centrale ((Mali, Niger, Côte d’Ivoire, Sénégal, Bénin, Congo, Cameroun) selon un transect de biomes : savane sèche-savane humide-forêt. Elles sont complétées par 2 stations partenaires en Afrique du Sud et en Tunisie.

Paramètres mesurés

Chaque station est pourvue de collecteur de pluies, de collecteurs d’aérosols et de capteurs passifs de gaz. Les mesures sont réalisées en références aux normes des protocoles de collecte et analytique des standards internationaux.
  • Données mensuelles: concentrations gazeuses (SO2, NO2, NH3, O3, HNO3)
  • Données hebdomadaires: chimie de l’aérosol (10 paramètres=chimie minérale et organique) et masse totale. Flux de dépôts massiques insoluble total d’aérosol (sec + humide)
  • Données journalières: chimie de chaque événement pluvieux (12 paramètres=chimie minérale et organique); mesure du flux dépôt humide massique insoluble d’aérosol et mesure de concentration massique PM10 (TEOM).

Thématiques

GT7 Dépôt

Autres informations

– Réseau contributeur labellisé WMO/GAW (World Meteorological Organization/Global Atmospheric Watch) , et WMO/SDS WAS (Sand Dust Storm Advisory and Assessment System), – Label du comité DEBITS (Deposition of Biogeochemically Trace species) labelisé comme long term endorsed Project du programme international de chimie atmosphérique IGAC